Le drame des pères étrangers (d’enfants japonais)

bébé japonais, père françaisOn le sait, beaucoup de couples mixtes finissent en divorce (entre 25 et 30% pour les Occidentaux-japonais). Barrière du langage, différences de culture,  problèmes de communication, les raisons ne manquent pas… Et quand bébé se rajoute à l’équation, la séparation devient encore plus douloureuse car au Japon, il n’existe ni droit de visite, ni partage de garde. Témoignage de Thomas, dont le mariage avec une japonaise est en train de battre de l’aile…

– Ary : Thomas, bonjour ! Peux-tu nous raconter tes débuts au Japon ?

– Thomas : Je suis arrivé au Japon il y a 5 ans, 10 jours avec le grand tremblement de terre de Tohoku (11/03/2011) ! Quand celui-ci a secoué le pays, je n’avais pas du tout envie de rentrer (malgré les injonctions de l’Ambassade de backpackerFrance) et gâcher le Visa Vacances-Travail que je venais d’entamer. Je lisais les news et me tenais prêt, au cas où… Finalement, comme la situation semblait stable, je suis resté. Quelques mois plus tard, je suis parti faire du bénévolat dans la zone sinistrée par le Tsunami. J’ai surtout aidé à évacuer les débits et à reconstruire. J’ai aussi travaillé dans des rizières en échange du gîte et du couvert. Même si les étrangers avec moi se plaignaient de la fatigue, j’ai adoré cette expérience ! Cette année là, j’ai aussi grimpé le mont Fuji avec un ami japonais plutôt atypique… Et enfin, j’ai commencé mon travail de guide à Tokyo.

– Ary : Et puis tu as rencontré Manami ?

couple d'amoureux2– Thomas : Tout à fait. A cette époque, Manami se disait passionnée par la France. Nous allions souvent dîner dans des restos français assez chics. Nous avons fait plusieurs voyages au pays, rencontré ma famille. Enfin, nous nous sommes mariés, puis elle est tombée enceinte. C’est après l’accouchement que tout a basculé… Depuis que le bébé est arrivé, elle n’a d’yeux que pour lui. Le reste n’a plus aucune importance. Elle m’a complètement mis à l’écart, et s’est désintéressée de tout ce qui touche à la France. Honnêtement, je ne la reconnais plus.

– Ary : A ton avis, pourquoi a-t-elle changé aussi brusquement ?

bébé et maman japonaise2– Thomas : Je ne sais pas trop, mais… Il semble que beaucoup de japonaises réagissent de la même façon après une naissance. Je pense que c’est dû en partie à l’influence de ma belle-mère. Au Japon, il existe la coutume du « Satogaeri » : une femme sur le point d’accoucher rentre chez ses parents, donne naissance dans sa ville natale et y reste environ 1 mois. Elle peut ainsi se reposer et se faire aider et conseiller par sa propre mère. Le problème, c’est que le père est totalement exclu pendant cette période, et ne peut pas voir l’enfant. Normalement, un père japonais est trop occupé avec son travail et peut difficilement prendre des congés pour aider sa femme. Mais dans mon cas, j’aurais pu être disponible ! Malgré tout, ma femme a disparu après la naissance. Et quand elle est revenue à Tokyo, elle n’était pas seule : sa mère avait décidé de venir s’installer avec elle. C’était le début du cauchemar…

– Ary : Tu dois donc vivre en compagnie de ta belle-mère ?

divorce couple mixte– Thomas : Non. Depuis l’arrivée de sa mère, nous vivons séparément… Ce n’est pas l’idéal, je sais… Il n’empêche, mon fils aura bientôt 1 an, et je n’ai passé que 6 mois près de lui. A présent, ma femme me demande le divorce ! Tous mes amis me déconseillent de céder. En effet, après une séparation au Japon, la mère a tous les droits. Pas de partage de garde ou de droit de visite. C’est encore plus difficile pour un père étranger qui, en plus de la difficulté d’obtenir un VISA, n’a presque plus aucune chance de voir son enfant. Je ne veux pas finir comme tous ces pères américains qui, cachés derrière un buisson, tentent désespérément d’apercevoir leur bout de chou et finissent par se faire arrêter par la police. Ca me fait peur… Je ne sais plus quoi faire.

– Ary : Tu en as discuté avec ta femme et tes beaux parents ?

mère enfant japonais– Thomas : Bien sûr. Mais Ary, comme tu imagines, ma femme et sa mère m’ignorent complètement. Par contre, je peux parler plus facilement avec mon beau-père. A l’entendre, il a plus ou moins vécu la même chose à la naissance de sa fille. Les femmes de la maison ont commencé à le mépriser, à le mettre à l’écart et à ne plus l’écouter. Elles se contentent de lui réclamer son argent. C’est comme ça que ça se passe dans beaucoup de familles japonaises… Alors peut-être que ma femme n’a fait que reproduire le schéma familial dans lequel elle a grandi ?

Homme qui médite   Moi ce que j’aurais aimé, c’est m’inscrire dans une école pour étudier sérieusement le japonais, afin de pouvoir mieux communiquer avec mon fils, et de trouver un travail mieux payé et plus sécurisant. Pour ma femme, c’est hors de question. Ou alors, elle m’ordonne de quitter mon travail de guide, et de faire un baito, genre la vaisselle dans les restaurants… Naturellement, elle veut que je lui cède tout mon salaire, comme il est coutume de faire au Japon. Mais je ne suis pas Japonais, et je refuse de me contenter de « l’argent de poche hebdomadaire » qu’elle voudrait bien me donner. En plus, j’aime mon travail de guide, et ça marche bien. Je n’ai pas envie d’arrêter.

– Ary : La situation semble sans issue…

juge divorce– Thomas : Oui… Quelque soit mon choix, je devrai faire des sacrifices. Je suis tellement perdu que j’ai fini par tomber en dépression. Je reviens tout juste de France, où j’ai passé un mois avec ma famille, afin de retrouver un peu le moral et de réfléchir à la suite. Ce n’est pas beaucoup plus clair aujourd’hui. Et ma femme vient de me contacter pour un rendez-vous avec le juge, le mois prochain. On dirait bien cette situation va finir de la pire façon possible…

couple mixte2«  Dire qu’avant la naissance de mon fils, on parlait d’aller s’installer dans le sud de la France dans une dizaine d’année… On voulait acquérir une petite propriété, une petite ferme avec des chèvres, où l’on aurait proposé des services de chambre d’hôte. C’était notre rêve… Mais c’est loin tout ça, maintenant. Je suis content d’avoir mon travail pour penser à autre chose… Merci Ary de m’avoir écouté.


52017c50aafe7b4e988b3f458b14f4d1-d4lsfoi

Il existe beaucoup de pères étrangers dans le même cas que Thomas. Comme l’écrit le Président de « SOS Parents Japan » : « Des parents français sont aujourd’hui privés du droit de voir leur enfant car le droit japonais reconnaît très rarement le droit de visite. Pire, dans le cas d’un divorce demandé au Japon unilatéralement par le conjoint japonais (…) l’autorité parentale est accordée exclusivement à son profit, sans que le conjoint étranger puisse s’y opposer. » La récente signature de la Convention de la Haye n’a pas changé grand-chose à cette situation car elle ne protège que contre les « enlèvements parentaux » et n’est pas rétroactive. De plus, chaque année, de nouveaux cas viennent se rajouter à la liste…

Voir aussi : le site de SOS PARENTS JAPAN (http://sos-parents-japan.org/)

Homme Solitaire

Cet article, publié dans Problèmes de société, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Le drame des pères étrangers (d’enfants japonais)

  1. Houda dit :

    Bonjour !
    Encore une fois, j’ai trouvé votre article hyper intéressant ! Il y a tout de même quelque chose qui me turlupine dans cette histoire, je ne comprends vraiment pas l’attitude de Manami. Je m’explique : une amie ayant récemment fait un voyage au Japon m’a appris que les enfants de couples mixtes sont maltraités dans les écoles au Japon et sont souvent envoyés dans des écoles pour « étrangers ». Manami devant certainement en être consciente, je me demandais alors la chose suivante, pourquoi n’aurait elle plutôt accepté de partir en France dans le sud comme prévu avec son Thomas ?
    J’avais une petite question aussi, j’ai toujours pensé que lorsque c’était un japonais qui épousait une étrangère, il n’y avait rien de mal et que c’était plutôt lorsqu’une japonaise épousait un étranger que la situation se compliquait (comme ici) et que ça « déshonorait » en quelque sorte la famille, est ce vrai ?

    Vivement votre prochain article en tout cas et merci d’avance pour vos réponses !

    • Ary dit :

      Pour Manami, j’en ai parlé avec certains amis japonais. Et ils ont plusieurs théories :
      1. Une simple réaction post-natale, ou baby-blues, avec un rejet du père.
      2. C’est sa mère (possessive) qui, voulant récupérer sa fille pour elle toute seule, l’a influencée et « monté contre son mari ».
      3. L’inquiétude pour l’avenir, avec un père qui ne parle presque pas japonais, et dont le travail semble assez précaire (or l’éducation au Japon coûte très très cher).
      Quant aux couples mixtes, le combo « Homme étranger-femme japonaise » a beaucoup plus de chances de marcher que l’inverse. Comme la femme, de toute façon, est amenée à s’éloigner de sa famille après le mariage, il n’y a pas vraiment de conséquences ou d’idée de déshonneur.
      Par contre, quand c’est une femme étrangère qui se marie avec un Japonais, la famille du mari est censé l’accueillir en son sein. Et pour peu que cette famille soit traditionnelle et s’inquiète du « quand dira-t-on », ça peut poser problème… D’autre part, il y a souvent une « incompatibilité de caractère » entre femmes étrangères (plutôt fortes et individualistes) et les Hommes japonais (souvent timides, paternalistes et conservateurs).
      Quand en plus, il s’agit d’un fils aîné, dont la future femme est censée s’occuper des parents une fois âgés, c’est encore plus problématique… L’étrangère n’ayant pas forcément envie de prendre soin des parents de son mari.

  2. Anonyme dit :

    Salut, d’où tu tiens ce chiffre de 25-30% ? En général on dit 75% pour les mariages franco-jap et en plus les mariages non mixtes sont déjà plus élevés que ce taux de 30%.

    • Ary dit :

      Ca fait longtemps que j’ai écrit cette article, je ne sais plus où j’avais trouvé ce chiffre. Et je m’attendais à un chiffre beaucoup plus élevé. J’essaierai de refaire une recherche bientôt. J’aurais du garder ou mettre le lien quelque part…

  3. Nejad dit :

    Bonjour, j’effectue un travail de recherche sur les mariages mixtes occidentaux-japonais et vos chiffres sur les divorces m’intéressent beaucoup.
    Pourrais-je vous demander vos sources ?
    Merci d’avance et très bon article.

    • Ary dit :

      Bonjour,

      je suis navrée, il y a longtemps que j’ai rédigé cet article, et je me souviens avoir trouvé des sources sur le net rédigées en japonais.
      Mais je ne parviens plus à les retrouver…
      Désolée. J’aurais aimé vous aider.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s