’Kodomo no Hi‘, le jour des enfants

Le 5 mai, hier donc, c’était le jour des enfants (子供の日, kodomo no hi). Ou plutôt le jour des garçons… Car oui, comme ça énervait les mamans qu’il n’y en ait que pour les petits mecs, alors on a rebaptisé ça « le jour des enfants ». C’est plus diplomatique… Mais en pratique, c’est la virilité qu’on célèbre en ce jour.  Eh ouais.

Au Japon, le 5 mai est une date chargée de testostérone. En effet, c’est le MALE qu’on célèbre en ce jour. Ou plutôt, le mâle en devenir… A tous les petits bonshommes, le Japon leur souhaite bonheur, santé, force, courage et persévérance dans leur vie future. Ni plus, ni moins.

 Le symbole de ce festival destiné aux garçons est une carpe koï (carpe japonaise). Un POISSON ? Mais enfin pourquoi ?

Ah mais détrompez-vous… La carpe Koï est très virile ! Selon une légende chinoise, les carpes du fleuve jaune se transformeraient en dragon puis s’envoleraient après avoir bravement lutté pour remonter à contre-sens courants et cascades…

Belle métaphore du petit garçon bataillant avec ses études et ses abdos pour devenir fort et intelligent…

Ainsi, devant les maisons et dans les villes, on voit flotter tous les 5 du mois de mai, de longs manches à air colorés en forme de carpe : les koi-nobori (bannières en forme de carpe).  La grande noire représente le père, la rouge représente la mère, et les plus petites symbolisent chaque enfant de la famille. Des rubans multicolores sont parfois ajoutés pour imager le courant des rivières.

A cette occasion, on installe parfois aussi des décorations de samouraï à l’intérieur des maisons : armures ou casques, laissés en héritage par les ancêtres… Certaines familles font aussi prendre un bain à leur petit garçon, bain dans lequel ont macérées des feuilles de Shôbu (longues et effilées comme un sabre de guerrier), qui rendraient vaillant et costaud ! Une sorte de bain magique, quoi…

Le 5 mai, de nombreux événements sont organisés pour fêter les garçons (heum… « les enfants », pardon…). En ce qui me concerne, j’ai pris le train direction Fuchû, où le temple Okuitama-jinja organisait un matsuri pour l’occasion.

Au programme : joueurs de tambour sacré, défilés traditionnels et religieux, transport de chars dans les rues, stands de nourriture, de bananes chocolatées, de glace pilée, de jeux et de pêche au poisson rouge… Et même une maison hantée, pour tester le courage des futurs guerriers !

Il existe une chanson pour le « jour des enfants ». La voici, avec les paroles et la traduction :

Yane yori takai koinobori (Plus hauts que le toit, les koinobori)

Ookii magoi wa otousan (le grand, magoi, c’est le père)

Chiisai higoi wa kodomotachi (les petits, higoi, sont les enfants)

Omoshirosouni oyoideru (ils volent de façon amusante.)

——————

J’ai même une version « live » aussi . (Ouuuch….)

Cet article, publié dans Festivités traditionnelles, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour ’Kodomo no Hi‘, le jour des enfants

  1. Ces articles sont très dépaysants, c’est très agréable à lire. J’ai déménagé à l’étranger (USA) mais le choc des cultures n’est pas si marqué.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s