Ohanami – Ephémères fleurs de cerisiers

 Aujourd’hui, on va parler du お花見 (ohanami).

お (o) = particule honorifique. 花 (hana) = fleur. 見 (mi) vient du verbe « miru » = regarder.

Le ohanami est donc une fête qui consiste à admirer les fleurs. Mais pas n’importe quelle fleur. Les fleurs de 桜 (sakura), les cerisiers japonais… 

Samedi dernier, bringuebalée dans le sac de ma propriétaire, coincée entre une bouteille d’eau et un carnet de note, je sors la tête à l’air libre pour respirer un peu… (Oui, je suis une fourmi fragile).

Après avoir échappé de justesse à l’étouffement, je suis interpelée par une explosion de couleurs au-dessus de moi. Nous venons de sortir du métro, station Kudanshita, où un ami japonais nous attendait.

Sans prévenir, les fleurs de cerisiers avaient toutes écloses. Toutes en même temps, comme si elles s’étaient fait passer le message. A cet endroit, elles avaient envahi le paysage. De tous côtés, en haut, et même en contrebas, vers la rivière où circulaient des barques… Encerclés. Touffes, nuages, œuvres d’art en rose et blanc.

Je n’étais pas la seule à regarder autour de moi, bouche-bée, tel un poisson hors de l’eau. Ca se bousculait dans le coin, à grands cris de « sugooooii, sugoku kireeei !!! » (incroyable, magnifique !) et surtout, en bons japonais, ça mitraillait de photos le moindre centimètre de fleur…

Les japonais ne se contentent pas de s’exclamer et de prendre des photos lors de la floraison des sakura. Le ohanami consiste également (surtout ?) à pique-niquer, à grand renfort d’alcool, sur les fameuses bâches bleues qu’on achète au 100yen shop du coin (1 euro). Et puisque l’année dernière,  les festivités ont été quelques gâchées par… un certain tremblement de terre… On peut dire que cette année, les japonais se sont bien rattrapés. Ici, quelques photos du parc de Shinjuku (Shinjuku gyoen) prises par mes soins (comme toutes celles de cet article, soit dit en passant… Oui, je suis une fourmi sachant manier un reflex ! Balaise, non ?).

La fête du ohanami n’est pas récente. Loin de là. Venant de Chine, elle s’est petit à petit propagée au Japon, d’abord chez les aristocrates, avant de se démocratiser à l’ère Edo (~1603). Une fois bien ancrée, elle a pris une signification bien particulière, propre au Japon :

La floraison éphémère des sakura (qui ne dure qu’une petite semaine avant de s’affadir petit à petit)  est pour les japonais l’un des symboles de la vie humaine, tout aussi brève. D’ailleurs, selon les dires d’un authentique japonais (n’est-ce pas), on considère ici que l’aspect éphémère des fleurs de cerisiers les rend d’autant plus belles et précieuses.

Toujours d’après ce même japonais, les fleurs de sakura représentent aussi, dans l’esprit des japonais, la vie des samurai, qui serait aussi belle qu’elle n’est courte. Elles représenteraient aussi, depuis plus récemment, les soldats décédés lors de la guerre mondiale qui se seraient soi-disant réincarnés en fleurs de cerisiers.

Les sakura ont tellement d’importance dans la vie des japonais, dont la floraison, symbole de renouveau et coïncidant (comme par hasard ?) avec la rentrée des classes, que le gouvernement incite toutes les écoles du Japon à planter au moins un cerisier en leur sein.

D’ailleurs, tous les japonais qui se respectent suivent avec beaucoup d’attention le moment CRUCIAL où les cerisiers se couvriront de  fleurs. Des sites internet sont consacrés au suivi de la floraison, avec carte du Japon à l’appui, et détaillent avec la même précision que la météo journalière à quel stade en sont les sakura selon les régions.

Et si j’avais encore de la place, je vous parlerai de tous les produits « spécial hanami » que l’on peut trouver pour l’occasion… Des gâteaux et pâtisseries « spécial hanami »… Des « takoyaki » spécial hanami… Des hello kitty « spécial hanami » et j’en passe…

Aujourd’hui, c’était probablement le dernier jour du spectacle. La pluie prévue pour demain viendra sans doute à bout des sakura les plus tenaces. Dommage. Heureusement, j’en ai bien profité.

Tenez, au parc de Shinjuku Gyoen, j’ai même rencontré une de mes semblables. Une fourmi japonaise ! Qui venait de chiper une miette de mon « cake spécial sakura » pour la ramener dans ses galeries. Elle était minuscule ! Jamais vu une fourmi aussi ridiculement petite. ショーく (◎_◎;)  Dommage, je n’ai pas réussi à la prendre en photo…

Cet article, publié dans Festivités traditionnelles, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Ohanami – Ephémères fleurs de cerisiers

  1. merci pour cette balade sous les cerisiers 😉 je te jalouse ….

  2. panjidrama dit :

    Ah, chère A., je suis salement à la bourre pour laisser un petit mot. Je bats donc le record du monde de lancer d’excuses (9400 km, donc) et je t’embrasse bien fort. Joli p’tit blog, fort bien tenu, on reviendra.
    La bise à T., aussi.

    R.

  3. Ping : Les mystères du calendrier traditionnel _ou le monde à l’envers | Une fourmi à Tokyo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s